Le concours 2019

le-concours-2

Règlement & déroulement

du 14ème concours

Paul-René Machin

(Janvier-Février 2019) :

POESIES :

4 catégories distinctes :
Classique + de 18 ans et Classique – de 18 ans.
Vers libres + de 18 ans et Vers libres – de 18 ans.
Les candidats n’enverront pas plus de 2 poèmes en 3 exemplaires chacun.

NOUVELLES :

2 catégories : + de 18 ans et- de 18 ans.
Les nouvelles ne devront pas dépasser 3 pages (Times New Roman 12 – 80 lignes maxi. soit 1300 mots).
Les candidats enverront 2 nouvelles au maximum en 3 exemplaires chacune (format A4).

ILLUSTRATIONS :

2 catégories : + de 18 ans et – de 18 ans.
Les candidats n’enverront pas plus de 2 illustrations en 3 exemplaires chacune (format A4).

PHOTOGRAPHIES :

2 catégories : + de 18 ans et – de 18 ans.
Les candidats ne devront envoyer que 2 photos en 3 exemplaires chacune
(format 15 cm x 20 cm).

 


 

Recommandations :

Il est demandé aux candidats de soigner leur orthographe et leur écriture. le traitement de texte est fortement conseillé. Les caractères ainsi que la couleur doivent être lisibles. Style d’écriture : Times New Roman 12.

Les œuvres ne devront pas être signées. Seule la catégorie sera mentionnée. Les adultes devront ajouter la mention » plus de 18 ans  » et les jeunes de moins de 18 ans devront préciser leur âge (exemple : 13 ans).

En ce qui concerne le concours de poésie, n’oubliez pas de préciser le style (« classique » ou « vers libres »).

 Inscriptions :

Un droit d’inscription de 5 €uros est demandé + 1 €uro par texte ou illustration présenté.

Les candidats pourront concourir dans toutes les catégories, mais ils ne seront primés que dans une seule.

Par exemple, le candidat qui voudra présenter deux poésies et deux photos s’acquittera de la somme de 9 €uros (5 €uros d’inscription + 4 €uros).

 Envoi des épreuves :

Les candidats joindront une enveloppe fermée avec à l’intérieur leur nom et leur adresse, ainsi que le chèque de participation libellé à l’ordre de l’ACALAVO. La participation au concours est gratuite pour les moins de 18 ans. Les épreuves doivent être envoyées pour le 28 Février 2019 (date du cachet de La Poste faisant foi) à : Mme Marie-Claude FAIVRE, 5 rue des Onchères, 70 290 Plancher-Bas, qui apposera un n°d’anonymat dès réception.

 Résultats :

Les 3 premiers de chaque catégorie seront récompensés lors de la distribution des prix le Samedi 29 Juin 2019. Seuls les lauréats seront avertis individuellement. Les lots ne seront pas envoyés (sauf cas exceptionnel : maladie…). Ils seront alors retirés au domicile de la trésorière de l’association dans un délai d’un mois après la date de remise des prix. Les œuvres primées paraîtront dans le « Panier à Plumes » (revue trimestrielle de l’ACALAVO).

Publicités

Actualités

actualites-2

ACTUALITES :

  • Samedi 7 Avril 2018 – sortie culturelle sur Beaume-les-Dames et Ornans (Doubs).

IMG_0197

  • Samedi 23 Juin 2018 : Remise des prix du 18ème concours « Paul-René Machin »- Salle Merlin – Centre socio-culturel de Lure. Ci-dessous : les lauréat(e)s !

article affiches du 13 07 2018

  • Samedi 6 Octobre 2018 – 10H30 : Réunion d’Assemblée Générale à Lure (70200).

AG 6 OCT 2018 001

  • Le numéro 159 du  » Panier à Plumes  » (Printemps 2019) est désormais disponible… Bonne lecture à tous nos adhérents !
  • Nous avons participé à la foire aux livres « Bouquimania » de Lure (salle du Sapeur – les 26, 27 et 28 Octobre 2018).
  • Samedi 1er Décembre 2018 à 15h30 a eu lieu une « Aprem photos » avec Henri VUILLEMOT (à Frédéric-Fontaine).
  • Les inscriptions à notre 14ème concours de poésies-nouvelles-photos-illustrations sont terminées. Les lauréats seront connus le 29 Juin 2019.
  • Une pensée très émue pour notre ancien président, adhérent et ami Pierre Caille qui nous a quitté le 8 mars 2019.


 

L’ACALAVO fête ses 50 ans à Lure le Samedi 15 juin 2019 !

Programme de la journée :

  • Rendez-vous à 10 h dans la cour du Centre Social & Culturel Schlotterer (17 Esplanade Charles de Gaulle) pour une visite guidée du vieux Lure en compagnie de M. Guillaume de la SHAARL ;
  • Repas de midi (Kir, suprême de volaille sauce comté et sa garniture, café ou thé gourmand, 1/4 de vin par pers.) au restaurant « Le Rex » (6 Avenue Carnot) ;
  • 14 h 45 : Nous rejoindrons l’Espace Cotin (40 bis Square de la Gare) pour une allocution de M. Houley – maire de Lure.
  • 15 h : Spectacle Slam de la jeune & talentueuse Chloé M. (1 heure environ).

 

  • RQ : Si vous ne souhaitez pas faire la visite de Lure, vous pourrez aussi nous retrouver au restaurant aux environs de midi.

 

Pour tous renseignements, merci de nous contacter par téléphone

au 06.13.38.06.77 (Germain MENIERE) AVANT LE 25 MAI 2019. 

Cette journée se veut d’abord festive & conviviale, alors venez nombreux !

 

PARUTIONS :

  •  Jean-Pierre FAREZ a écrit un livre (illustré) de 150 pages environ « Spiridon, si tu savais » dans lequel il nous fait revivre entre autres les marathons olympiques et les rencontres avec les héros de ce sport. En vente au prix de 13 €.
  • Marie-Thérèse PYOT LECRILLE a publié un roman intitulé « Le poids des souvenirs » où Charles, âgé de 6 ans et orphelin de mère, a vu son père abattu par les allemands. Le traumatisme va le priver du meilleur de sa vie et empoisonner celle des autres. Son prix : 20 €.
  • Marie-Josèphe RIOT a sorti un roman dont le titre est : « Le chemin de la joie de vivre retrouvée ». A sa sortie de prison, Jean-Pierre réapprend à vivre avant d’entreprendre un voyage à Compostelle. Prix : 12 €.
  • Le dernier recueil de Laetitia GAND est disponible chez « Z4 Editions ». C’est un livre de 94 pages, illustré par Françoise Dugourt-Caput. Prix de 32 € (couleur) ou 12 € (noir et blanc). A commander sur https://z4 editions.fr.publication/le-fil-d’avril/
  • Jacques VUILLEMIN, poète bisontin, a publié récemment un recueil intitulé « Des mots, des cris, aux hasards des vents » au Lys Bleu à Paris.
  • Renseignements auprès de Marie-Claude FAIVRE au 03.84.23.19.87.

 

« Coup de projecteur »

coup-de-projecteur-2

Dans son « Panier » du printemps 2019, l’ACALAVO a souhaité

donner un petit coup de projecteur sur…

…deux poèmes :

 

 1. « Elle rit » de Marcel FAURE :

En vrac sur le trottoir

Elle dort

Et son rêve de draps

Tout autour d’elle blanchie

Il neige

Rugueuse

Coriace

Aguerrie

Elle dort à même le sol

Sa colère la réchauffe

Et son front

Brûlant de fièvre

Agrippe la vie

Jusqu’au matin

Secouant ses jupons

Elle s’étire

Des flocons tombent

Et elle rit

Oh comme elle rit

Le ciel a beau cracher ses nuages

Elle rit comme une bête

Comme un asile en folie

Sous l’écriture du givre

Elle rit de ce jour arraché à la mort

 

2. Un second poème intitulé « Puisque la rose meurt »et signé Daniel DURAND :

Ma mie, ainsi, le temps n’est plus

De nos amours sonne le glas

Ma mie, hélas, tu ne sais plus

Le doux émoi des premiers jours.

 

La rose a perdu sa fraîcheur

De nos amours, l’ardente flamme

Est devenue braise, puis cendre.

Ne cherchons pas qui est pêcheur.

Ma mie, vois tu, point ne t’en blâme,

Et je n’ai pas à m’en défendre.

 

La rose a perdu sa beauté.

Deux cœurs s’en vont à la dérive

Sur l’océan des amours mortes.

Ma mie, ainsi l’éternité

N’est pas des amours fugitives,

Et le temps passe et les emporte.

 

La rose a perdu son parfum,

Perdu ses pétales aussi.

D’elle, à présent n’est plus grand-chose.

Ne pleurons pas l’amour défunt.

Il ne pouvait qu’en être ainsi,

Puisqu’il faut que meure la rose.

 

…et enfin une nouvelle :

 » La légende des coquillages  » par Rolande REDOUTE RENAUDEAU.

Il y a plus de deux cent millions d’années, la mer recouvrait notre région. Un savant vous expliquerait que cette époque s’appelait très précisément le Sinémurien et qu’elle se situait à l’ère secondaire..

A cette époque donc, vivait au fond bleu d’un gouffre profond, dans une grotte tapissée de sables d’or et d’algues d’améthyste, une minuscule sirène, plus petite qu’un tout petit crabe, une petite sirène turbulente.

Vivait aussi, au cœur des eaux profondes, un petit garçon sirène très agréable et parfaitement beau qui suivait partout la petite sirène, son amie.

Ils pouvaient se promener, nager, jouer parmi les bouquets d’algues ou au creux des rochers. Maman Sirène le permettait ; mais elle avait aussi recommandé :

« Surtout, mes petits, n’allez pas vers le trou de la pieuvre »

Les petits siréneaux étaient turbulents, mais pas désobéissants. Ils n’avaient pas du tout l’intention d’aller de ce côté. Mais un jour…

Ils ont glissé sur le sable tout cuivré, tout mouillé qui est au fond de la mer. Ils ont exploré les récifs de bronze qui abritent les crabes. Ils ont chevauché une tortue marine qui allait en voyage. Ils se sont laissés porter jusqu’à la crête argentée des vagues.

… Et sans le faire exprès, ils sont arrivés devant le trou de la pieuvre. Dans un tourbillon noir, le monstre répugnant se jeta sur eux, et voulut les attraper de ses longs bras de caoutchouc gluants. Terrorisés, les siréneaux , ne pouvaient même pas fuir, ils appelèrent, criant très fort :

– Maman Sirène, Maman Sirène, au secours ! »

Ses blonds cheveux flottant derrière elle, sa longue queue d’argent battant l’onde alentour, ses beaux bras souples fendant les vagues devant elle, Maman Sirène se précipita, folle d’inquiétude, jusqu’à l’antre e la pieuvre.

Elle lutta longtemps, la Sirène courageuse, pour arracher les enfants aux bras de ce monstre !

Les longs cheveux de soie de la Maman Sirène et des petits siréneaux s’entortillaient, s’emmêlaient, s’accrochaient dans la forêt des bras innombrables de la pieuvre. Et les Sirènes martyrisées souffraient mille trépas.

Mais la pieuvre, elle, parce qu’elle était méchante, ne souffrait pas. Ses bras multiples, mous et gluants étaient insensibles, comme son cœur.

Elles eurent très peur, très mal, les trois gentilles sirènes… Mais Maman Sirène finit par tuer la pieuvre. Ce fut alors un bonheur sans mélange ! Et pour montrer leur joie, les gentilles sirènes, les petits poissons d’argent, tous les petits crabes de corail et même les coquillages de nacre se mirent à danser le plus pittoresque des ballets autour du cadavre vert et flasque de la pieuvre.

Alors, au milieu de l’allégresse générale, surgit le mari de la pieuvre. C’était le cruel Enchanteur de l’Océan, un être étrange et fabuleux, qui ressemblait un peu aux sirènes à cause de sa queue de poisson. Mais son aspect était repoussant, sa laideur effroyable ; imaginez une bouche large et des yeux ronds de requin, une barbe immense et des cheveux emmêlés faits d’algues longues et mauves, les plus étranges qu’on puisse voir.

A la vue de la pieuvre étalée, sombre corps inanimé sur un tapis de sable mordoré, l’enchanteur monstrueux devint subitement fou de désespoir et de rage. Il souleva immédiatement la plus terrible des tempêtes. Les vagues, hautes comme des montagnes, semblaient vouloir monter à l’assaut du ciel. Les poissons affolés de précipitèrent dans les creux des rochers. Les crabes se cachèrent comme ils purent pour échapper au courroux de ce méchant génie… Ce fut une suite désordonnée d’éclairs d’argent et de corail !

Tous les coquillages qui s’étaient refermés de peur, furent projetés comme des balles de nacre et d’or jusque sur les plages de sable brûlant comme un brasier.

Mais les trois sirènes, atterrées, avaient tellement peur qu’elles n’osaient même plus bouger ! Elles se tenaient très fort par la main, et la tempête ne pouvait rien contre elles. Seuls bougeaient leurs longs cheveux soyeux dans l’onde transparente.

Ivre de fureur, le cruel Enchanteur de l’Océan, les transforma alors en coquillages pour que les lames tumultueuses puissent les rejeter. En effet, de nouvelles vagues écumantes les firent rouler, puis les projetèrent auprès des autres coquillages malheureux, jusque sur le sable sec des plages, à l’enfer du grand soleil.

Tous les coquillage-coquillages et les trois coquillages-sirènes moururent d’avoir perdu leur maison sous la mer et tous leur amis, tant il est vrai qu’on ne peut pas vivre quand on a tout perde.

C’est pourquoi, depuis ce temps là, on trouve encore des coquillages (mais ils sont fossilisés) dans les terrains sablonneux de nombreux villages de notre Haute-Saône, en partie à Francalmont, Fontaine les Luxeuil et Beaudoncourt.

Paul-René Machin

paul-rene-machin-2

Notre fondateur, en quelques mots…

   Paul-René MACHIN est né en 1918. Il est décédé le 25 Janvier 2003. Il fut un homme aux multiples facettes. Ancien militaire (lieutenant-colonel de l’armée française) et ancien professeur de mathématiques, il s’est beaucoup investi dans la vie luronne en présidant plusieurs associations (Anciens Combattants, ACALAVO,  Anciens Elèves…). Poète et historien, il a édité plusieurs ouvrages (contes et nouvelles, poèmes, récits de guerre, témoignages et biographies). Il a par ailleurs effectué des recherches sur la bataille d’Alésia, a écrit deux ouvrages sur le sujet et organisé plusieurs conférences.

   Paul-René MACHIN a plusieurs prix littéraires à son actif : prix de la « Rose d’Or » de Toulouse en 1934 (à l’âge de 16 ans) ; Prix Louis Pergaud entre autres… La Municipalité de Lure a reconnu son talent en baptisant une rue de la Commune « rue Paul-René MACHIN » en Décembre 2007.

   Liste de ses publications :alesia

Prof de maths (1974),

Castra Vetera ou Civilis le Batave (1967),

A la recherche d’Alesia: suivons César,

Le dernier été d’Alesia,

Sur les routes de feu (1972),

detresse-sur-la-ligne-16De l’aube au crépuscule : poèmes (1977),

France et armée (1989),

Mémoire et témoignage, le groupement FFI « L » (Lure) et ses maquis dans l’été de la Libération,

Djebel 56 (1978),

Détresse sur la ligne 16 et autres nouvelles (1969),

Rêves et destins,

Les collégiens,sapeur-camembert

Arc-en-ciel,

Au-delà des jours,

Les chefs nécessaires,

« Georges Colomb », Christophe, enfant de Lure et père du sapeur Camembert.

 

paul-rene-machin

 

 

 

 

Notre association…

notre-assoce-2

Présentation :

   L’ACALAVO est l’Association Culturelle des Amis de la Littérature et des Arts de la Vallée de l’Ognon.

Son siège social : Mairie de Lure, BP 167, 2 rue de la Font , 70 204 Lure cedex.

L’association a été fondée à l’été 1969 par M. Paul-René MACHIN. Il en fut le premier Président de 1969 à 1981.

   Association loi 1901, déclarée à la Sous-Préfecture de Lure le 19/05/1969. Nommée au J.O. du 18/06/1969.

  Adresse postale : chez Melle FAIVRE Marie-Claude, 5 rue des Onchères, 70 290 Plancher-Bas.

Tél. 03.84.23.19.87.    Email : ticlaudefaivre@orange.fr

Blog : acalavo.worpress.com                             Compte « Facebook » : acalavo lure.

Ses buts :

  • Réunir les amateurs, auteurs et producteurs d’œuvres artistiques de la littérature, de la peinture, de la philosophie, etc…
  • Favoriser et aider les jeunes talents dispersés ou en difficulté.
  • Faire connaître la vallée de l’Ognon par tous les moyens de la propagande inspirés par l’art.
  • Susciter des manifestations culturelles de tous ordres dans cette zone.

Membres fondateurs :

Par ordre alphabétique : M. Jean-Jacques BEUCLER, M. Daniel BOUVIER, Melle Anne-Marie DEPIERRES, Melle Anne-Marie FABRY, M. René GAVOILLE, M. René HAAZ, M. Paul-René MACHIN, M. Michel MIROUDOT, M. Robert MONNET, Mme Rolande REDOUTE RENAUDEAU, M. Claude RUFFY, Mme Arlette SARRAZIN.

L’ACALAVO compte aujourd’hui prés de 90 membres (Franche-Comté, Vosges, Alsace, Région parisienne, Alpes, Midi…).

Comité de l’association :

Présidents d’honneur : Yves MACHIN , Claude MACHIN-CAGNARD.

Président : Germain MENIERE, 4 rue du Château d’Eau, 70 200 Lyoffans.

Tél. 06.13.38.06.77.    Email : gmeniere70@gmail.com

Vice-Présidente : Marie-Françoise LARERE.

Secrétaire : Andrée MOREL.

Trésorière : Marie-Claude FAIVRE.

Ses activités :

logo-acalavo

  • Le « Panier à Plumes » est un bulletin de liaison privé réservé aux membres de l’ACALAVO. Les auteurs resteront propriétaires de leurs textes et toute reproduction de leurs écrits demeure subordonnée à leur autorisation expresse. Sa parution est trimestrielle (Printemps – Eté – Automne – Hiver). Ce bulletin est édité par « Concept Impression » (8 rue des Jardins, 70 200 Lure). Il regroupe poèmes, nouvelles et illustrations des adhérents.
  • Organisation d’après-midi « rencontre autour de la poésie » & d’une sortie culturelle d’une journée (sur la région).
  • Organisation d’un concours de poésies, nouvelles & illustrations : A l’occasion du concours Paul-René MACHIN (de Janvier à fin Février) différentes œuvres présentées sont soumises à l’appréciation de trois jurys différents qui décernent une note. La remise des prix  a lieu le dernier Samedi de Juin. Les trois premiers de chaque catégorie sont récompensés.
  • Une Assemblée Générale de l’association se tient chaque année, le dernier Samedi de Septembre. Nous faisons le bilan de l’année écoulée (bilan financier, manifestations, observations diverses) et ébauchons des projets pour l’année suivante…