Le concours 2018

le-concours-2

Règlement & déroulement

du concours Paul-René Machin 2018

(de Janvier à Février ) :

POESIES :

4 catégories distinctes :
Classique + de 18 ans et Classique – de 18 ans.
Vers libres + de 18 ans et Vers libres – de 18 ans.
Les candidats n’enverront pas plus de 2 poèmes en 3 exemplaires chacun.

NOUVELLES :

2 catégories : + de 18 ans et- de 18 ans.
Les nouvelles ne devront pas dépasser 3 pages (Times New Roman 12 – interligne simple).
Les candidats enverront 2 nouvelles au maximum en 3 exemplaires chacune (format A4).

ILLUSTRATIONS :

2 catégories : + de 18 ans et – de 18 ans.
Les candidats n’enverront pas plus de 2 illustrations en 3 exemplaires chacune (format A4).

PHOTOGRAPHIES :

2 catégories : + de 18 ans et – de 18 ans.
Les candidats ne devront envoyer que 2 photos en 3 exemplaires chacune
(format moitié de feuille A4, soit 21 cm x 14.5 cm).

 


 

Recommandations :

Il est demandé aux candidats de soigner leur orthographe et leur écriture. le traitement de texte est fortement conseillé. Les caractères ainsi que la couleur doivent être lisibles. Style d’écriture : Times New Roman 12.

Les œuvres ne devront pas être signées. Seule la catégorie sera mentionnée. Les adultes devront ajouter la mention » plus de 18 ans  » et les jeunes de moins de 18 ans devront préciser leur âge (exemple : 13 ans).

En ce qui concerne le concours de poésie, n’oubliez pas de préciser le style (« classique » ou « vers libres »).

 Inscriptions :

Un droit d’inscription de 5 €uros est demandé + 1 €uro par texte ou illustration présenté.

Les candidats pourront concourir dans toutes les catégories, mais ils ne seront primés que dans une seule.

Par exemple, le candidat qui voudra présenter deux poésies et deux photos s’acquittera de la somme de 9 €uros (5 €uros d’inscription + 4 €uros).

 Envoi des épreuves :

Les candidats joindront une enveloppe fermée avec à l’intérieur leur nom et leur adresse, ainsi que le chèque de participation libellé à l’ordre de l’ACALAVO. La participation au concours est gratuite pour les moins de 18 ans. Les épreuves doivent être envoyées pour le 28 Février 2018 (date du cachet de La Poste faisant foi) à : Mme Marie-Claude FAIVRE, 5 rue des Onchères, 70 290 Plancher-Bas, qui apposera un n°d’anonymat dès réception.

 Résultats :

Les 3 premiers de chaque catégorie seront récompensés lors de la distribution des prix le Samedi 23 Juin 2018. Seuls les lauréats seront avertis individuellement. Les lots ne seront pas envoyés (sauf cas exceptionnel : maladie…). Ils seront alors retirés au domicile de la trésorière de l’association dans un délai d’un mois après la date de remise des prix. Les œuvres primées paraîtront dans le « Panier à Plumes » (revue trimestrielle de l’ACALAVO).

Publicités

Actualités

actualites-2

ACTUALITES :

  • Samedi 14 Octobre 2017 : Réunion d’Assemblée Générale à Lure (15 participants).
  • Nous étions présents sur la foire aux livres « Bouquimania » de Lure (fin Octobre 2017).
  • Le numéro 153 du  » Panier à Plumes  » (Hiver 2017-2018) est désormais disponible… Bonne lecture à tous nos adhérents !
  • Dimanche 2 Avril 2017 – sortie culturelle sur Besançon. 

Merci à M. Daniel MOLES pour ses exposés de grande qualité sur la « Porte noire » et le « Palais Granvelle ». Merci également aux participants pour le belle ambiance et le bon déroulement de cette journée. Découvrez ci-dessous quelques photos de la sortie :

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Samedi 24 Juin 2017 : Remise des prix du 17ème concours « Paul-René Machin » – Salle Merlin – Centre socio-culturel de Lure. Ci-dessous : les lauréat(e)s !

DISTRIB PRIX 2017 LAUREATS

  • Stand aux journées « Bouquimania » de la SHAARL à Lure (du 27 au 29/10/2017).

BOUQUIMANIA 2017 006 (1)


 PARUTIONS :

  •  Jean-Pierre FAREZ a écrit un livre (illustré) de 150 pages environ « Spiridon, si tu savais » dans lequel il nous fait revivre entre autres les marathons olympiques et les rencontres avec les héros de ce sport. En souscription jusqu’au 15 janvier 2018 au prix de 13 €.
  • Marie-Thérèse PYOT LECRILLE va publier un roman intitulé « Le poids des souvenirs » où Charles, âgé de 6 ans et orphelin de mère, a vu son père abattu par les allemands. Le traumatisme va le priver du meilleur de sa vie et empoisonner celle des autres. Prix : 20 €.
  • Marie-Josèphe RIOT vient de sortir un roman dont le titre est : « Le chemin de la joie de vivre retrouvée ». A sa sortie de prison, Jean-Pierre réapprend à vivre avant d’entreprendre un voyage à Compostelle. Prix : 12 €.
  • Enfin, 3 adhérents de générations différentes : Marie (notre vice-présidente – retraitée), Babou (notre président – actif), et Sarah (la plus jeune – étudiante). se sont regroupés pour éditer un recueil de poésies (parfois écrits à « 4 mains »). Tarif : 5 €.

 

  • Renseignements auprès de Marie-Claude FAIVRE au 03.84.23.19.87.

 

 

« Coup de projecteur »

coup-de-projecteur-2

Dans son « Panier » d’hiver 2017-2018, l’ACALAVO a souhaité

donner un petit coup de projecteur sur…

…deux poèmes :

 1.  » La Neige « , poème de Marie-Thérèse PYOT-LECRILLE :

Une aurore timide

dévoile les flocons,

qui ont déjà couvert

la prairie les maisons.

Au chaud derrière la vitre

il est doux de rêver,

quand la blanche farine

va tout capitonner.

On repense à l’enfance

à Noël au sapin,

aux boules que l’on serrait

qui fondaient dans nos mains.

Les oiseaux sont inquiets

Ils voltigent dans le froid,

dans la cour qui blanchit

plus trace de leur repas.

Il faudra balayer

il faudra que je sorte,

avant qu’elle n’envahisse

le seuil de notre porte.

Mais je prolonge l’instant

dos à la cheminée,

entourant de mes mains

une tasse de café.

 

2.  » Effroi « , poème de Véronique MARSOT :

Vains espoirs et fol amour,

Qu’est-il devenu le temps du jour

Où la vie coulait comme une sève

Et donnait foi en l’avenir qui relève…

 

Voici le temps, perdu, enfui

L’espace sans fin, inerte et froid.

Je veux encore croire mais tant pis,

Nul ne viendra m’ôter l’effroi.

 

 

…et une nouvelle :

 » Les Quinze Ans de Pagnafe  » par Jacqueline LAZARE.

La gamine, serpillière au bout du balai, cogne la chaussure : c’est une demande !

Dociles, l’esprit ailleurs, les consommateurs lèvent un pied, puis l’autre, cela sans vraiment changer de position, surtout sans perdre le fil de la conversation ; les uns et les autres déroulent leur vie. Entre deux gorgées, ils parlent de leur travail, du temps maussade, de la pêche. Louise, la patronne du bistrot, opine de la mèche et du sourire ; curieuse d’en savoir davantage mais trop futée pour s’insinuer, elle attend les confidences.

L’homme – d’après eux – étant ataviquement bigame, les buveurs racontent avec naturel leur femme et leur maîtresse ; la gamine, rageusement, pousse le balai et la serpillière contre leurs chevilles ou leurs talons… toc et pan… ça leur apprendra :

– Normalement bigames les hommes, ah mais ! Et pourquoi pas les femmes ?

Elle rage en silence et envoie encore un coup de balai, puis décide de leur clouer le bec, un jour, plus tard, en prenant un trio de mâles rien que pour elle.

Depuis qu’elle vient chez « Louise », pour nettoyer le carrelage et laver les vitres, en a-t-elle entendu de mêmes propos : le vin brouillant les esprits et libérant la langue, chacun dit ici ce qu’il tait ailleurs.

Pagnafe était une enfant maigrichonne ; c’est à présent une adolescente mince, à la chevelure opulente et aux yeux vifs. Peu bavarde, elle saisit prestement le détail qui déclenche aussitôt ses réflexions intérieures. Elle interprète même les silences qui parfois s’installent, coupant les phrases.

Pour l’instant, elle regarde Louise qui aime quitter son bar et parader au milieu de ses clients, Louise qui prend de l’embonpoint et porte aujourd’hui un pantalon trop serré.

Le pantalon pour les femmes, c’est nouveau dans le village !

La gamine traduit son sentiment par un aparté où le regret – surtout – se mêle à la critique :

– Pour un pantalon, il faut une fesse haute, un estomac plat, des jambes longues.

C’est rageant d’avoir tout cela… et pas de pantalon !

Un coup de chiffon énergique et vengeur contre la vitre.

Elle a un moment de compassion quand son regard furtif s’égare vers le bouton qui, à lui seul, tient le pantalon, donc la réputation de Louise ! Il est si fortement mis à contribution qu’il étire dangereusement la boutonnière ; elle continue ses réflexions silencieuses

– Si le bouchon lâche, vlan ! Il va être catapulté contre la porte vitrée – c’est sa trajectoire – elle en entend déjà le bruit !

Faut croire qu’il est solidement arrimé !!!

Louise s’assoit et le bouton disparaît complètement ; la taille est escamotée, le ventre fait un bourrelet et rejoint la poitrine. la gamine plaint le foie, l’estomac, la rate ; elle plaint surtout ce vaillant bouton.

Elle a horreur des contraintes vestimentaires, des gaines, des corsets, des baleines, des sangles, de tout ce qui comprime et pourrait abîmer sa peau ; elle la respecte et la considère comme un étui sur mesure. Aussitôt chez elle, elle se lave entièrement –c’est une habitude prise depuis l’enfance – et reste dévêtue, elle est à l’aise ainsi, alors pourquoi s’habiller ?

D’autres jours, elle va aider la couturière, c’est un tout autre monde !

Elle commence à aimer les beaux tissus, le silence élégant du salon d’essayage, les confidences chuchotées qui ne lui sont aucunement destinées ; elle aime surtout l’arrivée de la jolie Lily qui sait si bien porter le fume-cigarette à ses lèvres peintes, lançant chaque bouffée comme un clin d’œil.

Sans se prendre au sérieux, Lily raconte ses débuts difficiles de vendeuse mannequin et ce jour malheureux où elle a dû présenter une robe de soirée à dos nu : elle avait précisément, ce jour-là, une magnifique zébrure due à la cravache de son père qui n’admettait pas ses rentrées tardives.

Lily évoque tout cela, non pas sur un ton pitoyable ou revanchard, mais comme un souvenir dont on peut aisément plaisanter.

C’était le temps où les enfants vouvoyaient les parents et lorsque le père lui demanda :

– Mais à qui ressembles-tu donc, pour tant aimer la noce ?

Elle avait enfin osé répondre :

– Mais à vous, mon père, à vous !

Ce qui était vrai, puisque « bon chien chasse de race », mais il avait senti que dorénavant son autorité était sérieusement compromise. Quelque temps plus tard, elle lui avait présenté le garçon de son cœur ; la sentence du père était tombée glaciale :

– C’est un nègre !

Ce garçon bronzé par les embruns était marin, elle avait su l’imposer.

Pagnafe admire silencieusement cette jeune femme battante, cachant sa sensibilité sous un verbe parfois trop haut, Lily qui fait sa place au soleil, le sourire aux lèvres et sait si bien se raconter tout en essayant une robe noire collant étroitement à sa silhouette parfaite.

… Entre le bistrot de Louise, le salon de la couturière, les confidences entendues, mais soigneusement scellées : le temps passe.

Pagnafe délaisse un peu son Ami Pouchu.

 

 

 

Paul-René Machin

paul-rene-machin-2

Notre fondateur, en quelques mots…

   Paul-René MACHIN est né en 1918. Il est décédé le 25 Janvier 2003. Il fut un homme aux multiples facettes. Ancien militaire (lieutenant-colonel de l’armée française) et ancien professeur de mathématiques, il s’est beaucoup investi dans la vie luronne en présidant plusieurs associations (Anciens Combattants, ACALAVO,  Anciens Elèves…). Poète et historien, il a édité plusieurs ouvrages (contes et nouvelles, poèmes, récits de guerre, témoignages et biographies). Il a par ailleurs effectué des recherches sur la bataille d’Alésia, a écrit deux ouvrages sur le sujet et organisé plusieurs conférences.

   Paul-René MACHIN a plusieurs prix littéraires à son actif : prix de la « Rose d’Or » de Toulouse en 1934 (à l’âge de 16 ans) ; Prix Louis Pergaud entre autres… La Municipalité de Lure a reconnu son talent en baptisant une rue de la Commune « rue Paul-René MACHIN » en Décembre 2007.

   Liste de ses publications :alesia

Prof de maths (1974),

Castra Vetera ou Civilis le Batave (1967),

A la recherche d’Alesia: suivons César,

Le dernier été d’Alesia,

Sur les routes de feu (1972),

detresse-sur-la-ligne-16De l’aube au crépuscule : poèmes (1977),

France et armée (1989),

Mémoire et témoignage, le groupement FFI « L » (Lure) et ses maquis dans l’été de la Libération,

Djebel 56 (1978),

Détresse sur la ligne 16 et autres nouvelles (1969),

Rêves et destins,

Les collégiens,sapeur-camembert

Arc-en-ciel,

Au-delà des jours,

Les chefs nécessaires,

« Georges Colomb », Christophe, enfant de Lure et père du sapeur Camembert.

 

paul-rene-machin

 

 

 

 

Notre association…

notre-assoce-2

Présentation :

   L’ACALAVO est l’Association Culturelle des Amis de la Littérature et des Arts de la Vallée de l’Ognon.

Son siège social : Mairie de Lure, BP 167, 2 rue de la Font , 70 204 Lure cedex.

L’association a été fondée à l’été 1969 par M. Paul-René MACHIN. Il en fut le premier Président de 1969 à 1981.

   Association loi 1901, déclarée à la Sous-Préfecture de Lure le 19/05/1969. Nommée au J.O. du 18/06/1969.

  Adresse postale : chez Melle FAIVRE Marie-Claude, 5 rue des Onchères, 70 290 Plancher-Bas.

Tél. 03.84.23.19.87.    Email : ticlaudefaivre@orange.fr

Blog : acalavo.worpress.com                             Compte « Facebook » : acalavo lure.

Ses buts :

  • Réunir les amateurs, auteurs et producteurs d’œuvres artistiques de la littérature, de la peinture, de la philosophie, etc…
  • Favoriser et aider les jeunes talents dispersés ou en difficulté.
  • Faire connaître la vallée de l’Ognon par tous les moyens de la propagande inspirés par l’art.
  • Susciter des manifestations culturelles de tous ordres dans cette zone.

Membres fondateurs :

Par ordre alphabétique : M. Jean-Jacques BEUCLER, M. Daniel BOUVIER, Melle Anne-Marie DEPIERRES, Melle Anne-Marie FABRY, M. René GAVOILLE, M. René HAAZ, M. Paul-René MACHIN, M. Michel MIROUDOT, M. Robert MONNET, Mme Rolande REDOUTE RENAUDEAU, M. Claude RUFFY, Mme Arlette SARRAZIN.

L’ACALAVO compte aujourd’hui prés de 90 membres (Franche-Comté, Vosges, Alsace, Région parisienne, Alpes, Midi…).

Comité de l’association :

Présidents d’honneur : Yves MACHIN , Claude MACHIN-CAGNARD.

Président : Germain MENIERE, 4 rue du Château d’Eau, 70 200 Lyoffans.

Tél. 06.13.38.06.77.    Email : gmeniere70@gmail.com

Vice-Présidente : Marie-Françoise LARERE.

Secrétaire : Andrée MOREL.

Trésorière : Marie-Claude FAIVRE.

Ses activités :

logo-acalavo

  • Le « Panier à Plumes » est un bulletin de liaison privé réservé aux membres de l’ACALAVO. Les auteurs resteront propriétaires de leurs textes et toute reproduction de leurs écrits demeure subordonnée à leur autorisation expresse. Sa parution est trimestrielle (Printemps – Eté – Automne – Hiver). Ce bulletin est édité par « Concept Impression » (8 rue des Jardins, 70 200 Lure). Il regroupe poèmes, nouvelles et illustrations des adhérents.
  • Organisation d’après-midi « rencontre autour de la poésie ».
  • Organisation d’un concours de poésies, nouvelles & illustrations : A l’occasion du concours Paul-René MACHIN (de Janvier à fin Février) différentes œuvres présentées sont soumises à l’appréciation de trois jurys différents qui décernent une note. La remise des prix  a lieu le dernier Samedi de Juin. Les trois premiers de chaque catégorie sont récompensés.
  • Une Assemblée Générale de l’association se tient chaque année, le dernier Samedi de Septembre. Nous faisons le bilan de l’année écoulée (bilan financier, manifestations, observations diverses) et ébauchons des projets pour l’année suivante…

 

Adhésions – contacts

contacts-2

ACALAVO – ADHÉSIONS 2018 –

Toute adhésion à l’ACALAVO donne droit à l’envoi à domicile

du « Panier à Plumes » ( notre bulletin trimestriel ) !

Coupon d’adhésion à compléter, imprimer et adresser à :

Marie-Claude FAIVRE, 5 rue des Onchères, 70 290 Plancher – Bas.

Chèque libellé au nom de : « ACALAVO ».

Nom :…….…………………………………………………………………

Prénom :……………………………………………………………………

Adresse :……………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………

Tél :  ……… / ……… / ……… / ………… / ………..   

Email :  …………………………………………………………………………………………..

Cotisation annuelle 2018 :  15 €.

Faîtes votre choix parmi ces 3 formules :

  1. Envoi du bulletin par Email (gratuit).
  2. Envoi du bulletin par courrier postal (ajouter 6 € au montant de la cotisation).
  3. Envoi du bulletin par courrier postal & par Email (ajouter 6 € au montant de la cotisation).

Choix n°…..

 


Pour tous renseignements,

n’hésitez pas à nous contacter !

Par courrier (à la trésorière) : ACALAVO, Chez Melle FAIVRE Marie-Claude, 5 rue des Onchères, 70 290 Plancher-Bas.

Par téléphone : 03.84.23.19.87.

Par Email : ticlaudefaivre@orange.fr.

Président : M. Germain MENIERE, 4 rue du Château d’Eau, 70 200 Lyoffans.

(Tél. 06.13.38.06.77.    Email : gmeniere70@gmail.com).

Vice-Présidente : Mme Marie-Françoise LARERE.

Secrétaire : Mme Andrée MOREL.


FAIRE UN DON à l’ACALAVO… un petit geste pour la continuité de l’association.

L’ACALAVO reconnaît avoir reçu la somme de …………….. € de la part de :

Nom :…….…………………………………………………………………

Prénom :……………………………………………………………………

Date : ……../………/………….        Signature :

 

Coupon à imprimer et à retourner à : Marie-Claude FAIVRE, 5 rue des Onchères, 70 290 Plancher-Bas, accompagné de votre chèque libellé au nom de « ACALAVO ».      MERCI !