« Coup de projecteur »

coup-de-projecteur-2

Dans son « Panier » de l’automne 2018, l’ACALAVO a souhaité

donner un petit coup de projecteur sur…

…deux poèmes :

 

 1. « Regrets » de Rolande REDOUTE-RENAUDEAU :

La saveur du sel âcre

Le goût du lait amer

Froids et secs sur mes lèvres…

Et le flot des regrets.

 

Pourtant je me rappelle

Cette douceur des rêves

Pourtant je me rappelle.

 

Un reflux de bonheur

Affleure sur ma peau

L’heure est passée.

 

2. Un second poème intitulé « Lloydia », et signé Marcel FAURE :

Ton prénom tombé du ciel

Accroché aux pentes les plus raides

Lloydia

Ta beauté verte et fraîche

Ton sourire d’enfance rieuse

Lloydia

Tes mots d’orage

Tes mots de pluie

Tes mots nectar

Tes mots de bulbe épanoui

Llyodia

Tes yeux d’horizons perdus

Ton corps d’air pur

Lloydia

Tes manques tes détours tes rêveries

Tes mains paysagères

Lloydia

Et ta peau gravée dans la mienne

Légère liquide indélébile

Ton prénom clamé à tous vents

Lloydia.

 

…et enfin une nouvelle :

« Mon ami d’enfance » par Monique MOLES.

A la ferme de mes grands-parents où j’habitais, il y avait un chien qui se nommait Fidèle.

Quand j’étais petite et que mes grands-parents faisaient les travaux des champs, ils m’emmenaient avec eux. Pépé mettait sa veste au pied du landau d’osier où je dormais et y faisait coucher Fidèle qui devait veiller sur moi, ce qu’il faisait à merveille. Nul ne pouvait s’approcher car il devenait menaçant.

Quand je grandis, il me suivait partout. J’étais très turbulente et allais baguenauder un peu partout, mais quand on voyait le chien, on savait que je n’étais par loin.

Quand ma mère voulait me donner une fessée, souvent bien méritée, le chien lui prenait le poignet, sans la mordre, mais il fallait mieux qu’elle me laisse tranquille.

Puis un jour, il me fallut aller à l’école. Le premier jour, Fidèle m’accompagna, il resta sur le portail d’entrée jusqu’à l’heure de la sortie,  cela dura plusieurs jours, mais les autres enfants le chahutaient, et à la demande de la maîtresse d’école, pépé dut attacher Fidèle pendant plusieurs jours.

Comme il portait bien son nom, mon cher Fidèle. Je luis confiais tous mes chagrins d’enfant, il comprenait tout ; appuyant sa tête sur mes mains, il me léchait et me regardait avec des yeux pleins d’amour.

Les années passèrent. Fidèle se fit très vieux et quitta ce monde. J’étais une jeune fille, mais mon chagrin fut très profond. Ce chien avait été pendant  si longtemps un véritable ami, en plus un très bon gardien de la ferme de mes grands-parents.

Il y a des animaux à qui il ne manque que la parole et que beaucoup d’humains pourraient prendre pour modèle, de fidélité, de dévouement et d’amour.

Mon Fidèle, encore aujourd’hui, alors que tant d’années ont passé, je te revois, avec ton beau pelage roux, tes pattes blanches et tes yeux d’un marron très clair. Tu étais le plus beau à mes yeux.

J’ai voulu te rendre hommage car tu as toujours une place dans mon cœur, avec tous les autres animaux que j’ai connus, aimés et qui, eux aussi, sont partis vers un autre monde où j’espère vous êtes heureux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s