Le concours 2018

le-concours-2

Règlement & déroulement

du concours Paul-René Machin 2018

(de Janvier à Février ) :

POESIES :

4 catégories distinctes :
Classique + de 18 ans et Classique – de 18 ans.
Vers libres + de 18 ans et Vers libres – de 18 ans.
Les candidats n’enverront pas plus de 2 poèmes en 3 exemplaires chacun.

NOUVELLES :

2 catégories : + de 18 ans et- de 18 ans.
Les nouvelles ne devront pas dépasser 3 pages (Times New Roman 12 – interligne simple).
Les candidats enverront 2 nouvelles au maximum en 3 exemplaires chacune (format A4).

ILLUSTRATIONS :

2 catégories : + de 18 ans et – de 18 ans.
Les candidats n’enverront pas plus de 2 illustrations en 3 exemplaires chacune (format A4).

PHOTOGRAPHIES :

2 catégories : + de 18 ans et – de 18 ans.
Les candidats ne devront envoyer que 2 photos en 3 exemplaires chacune
(format moitié de feuille A4, soit 21 cm x 14.5 cm).

 


 

Recommandations :

Il est demandé aux candidats de soigner leur orthographe et leur écriture. le traitement de texte est fortement conseillé. Les caractères ainsi que la couleur doivent être lisibles. Style d’écriture : Times New Roman 12.

Les œuvres ne devront pas être signées. Seule la catégorie sera mentionnée. Les adultes devront ajouter la mention » plus de 18 ans  » et les jeunes de moins de 18 ans devront préciser leur âge (exemple : 13 ans).

En ce qui concerne le concours de poésie, n’oubliez pas de préciser le style (« classique » ou « vers libres »).

 Inscriptions :

Un droit d’inscription de 5 €uros est demandé + 1 €uro par texte ou illustration présenté.

Les candidats pourront concourir dans toutes les catégories, mais ils ne seront primés que dans une seule.

Par exemple, le candidat qui voudra présenter deux poésies et deux photos s’acquittera de la somme de 9 €uros (5 €uros d’inscription + 4 €uros).

 Envoi des épreuves :

Les candidats joindront une enveloppe fermée avec à l’intérieur leur nom et leur adresse, ainsi que le chèque de participation libellé à l’ordre de l’ACALAVO. La participation au concours est gratuite pour les moins de 18 ans. Les épreuves doivent être envoyées pour le 28 Février 2018 (date du cachet de La Poste faisant foi) à : Mme Marie-Claude FAIVRE, 5 rue des Onchères, 70 290 Plancher-Bas, qui apposera un n°d’anonymat dès réception.

 Résultats :

Les 3 premiers de chaque catégorie seront récompensés lors de la distribution des prix le Samedi 23 Juin 2018. Seuls les lauréats seront avertis individuellement. Les lots ne seront pas envoyés (sauf cas exceptionnel : maladie…). Ils seront alors retirés au domicile de la trésorière de l’association dans un délai d’un mois après la date de remise des prix. Les œuvres primées paraîtront dans le « Panier à Plumes » (revue trimestrielle de l’ACALAVO).

Publicités

Actualités

actualites-2

ACTUALITES :

  • Samedi 24 Juin 2017 : Remise des prix du 17ème concours « Paul-René Machin »- Salle Merlin – Centre socio-culturel de Lure. Ci-dessous : les lauréat(e)s !
  • DISTRIB PRIX 2017 LAUREATS
  • Samedi 14 Octobre 2017 : Réunion d’Assemblée Générale à Lure (15 participants).
  • Nous étions présents sur la foire aux livres « Bouquimania » de Lure (fin Octobre 2017).

BOUQUIMANIA 2017 006 (1)

  • Le numéro 154 du  » Panier à Plumes  » (Printemps 2018) est désormais disponible… Bonne lecture à tous nos adhérents !
  • Samedi 7 Avril 2018 – sortie culturelle sur Beaume-les-Dames et Ornans (Doubs) 

 


 PARUTIONS :

  •  Jean-Pierre FAREZ a écrit un livre (illustré) de 150 pages environ « Spiridon, si tu savais » dans lequel il nous fait revivre entre autres les marathons olympiques et les rencontres avec les héros de ce sport. En souscription jusqu’au 15 janvier 2018 au prix de 13 €.
  • Marie-Thérèse PYOT LECRILLE va publier un roman intitulé « Le poids des souvenirs » où Charles, âgé de 6 ans et orphelin de mère, a vu son père abattu par les allemands. Le traumatisme va le priver du meilleur de sa vie et empoisonner celle des autres. Prix : 20 €.
  • Marie-Josèphe RIOT vient de sortir un roman dont le titre est : « Le chemin de la joie de vivre retrouvée ». A sa sortie de prison, Jean-Pierre réapprend à vivre avant d’entreprendre un voyage à Compostelle. Prix : 12 €.
  • Trois adhérents de générations différentes : Marie (notre vice-présidente – retraitée), Babou (notre président – actif), et Sarah (la plus jeune – étudiante). se sont regroupés pour éditer un recueil de poésies (parfois écrits à « 4 mains »). Tarif : 5 €.
  • Daniel DURAND a sorti en 2017 un recueil de poésies intitulé « Des Rimes à Foison ».
  • Renseignements auprès de Marie-Claude FAIVRE au 03.84.23.19.87.

 

 

« Coup de projecteur »

coup-de-projecteur-2

Dans son « Panier » du Printemps 2018, l’ACALAVO a souhaité

donner un petit coup de projecteur sur…

…deux poèmes :

 1. Un poème de Roland MARX :

Ici l’amour prend sa revanche

sur l’horreur des arrière-cours ;

le sein des fontaines étanche

la soif de moineaux des faubourgs.

 

Ici le regret cadenasse

le tombeau de quelque frangin ;

au cimetière Montparnasse

sur les granits, le bronze geint.

 

Ici le rail tend ses échelles

vers des ailleurs aux ciels troublants ;

Le « Train Bleu » lustre ses vaisselles

au-dessus des convois hurlants.

 

Ici le monde vend ses charmes

aux couleurs de Richard-Lenoir ;

l’émeute placarde ses armes

jusqu’aux parois d’un urinoir.

 

Ici Paname métaphore

entre attaché-case et cabas

et Ménilmontant chante encore

Trenet, Piaf et Marie Dubas

 

quand je m’en retourne là-bas…

 

 

2.  » Le Printemps  « , un sonnet de Daniel DURAND :

C’est, aux yeux de chacun, la plus belle saison,

L’époque où, lentement, s’éveille la nature,

Chassant, du triste hiver, l’horrible dictature,

Qui nous tenait blottis devant l’âtre, au tison.

 

Des coloris subtils, du vert tendre à foison,

Partout la vie éclate, étonnante aventure.

On peut voir à nouveau le bétail en pâture,

Et contempler déjà la prime floraison.

 

Dans les champs, les jardins, le laboureur commence

A retourner la terre, à choisir la semence.

On dirait comme un hymne au retour du beau temps.

 

Et si la brusque averse est quelque fois rageante,

On l’a tant espéré, ce satané printemps,

Qu’on lui pardonnera d’être d’humeur changeante.

 

 

 

…et une nouvelle :

 » Le Légionnaire et son Chien  » par Jacqueline LAZARE.

Pagnafe n’est encore qu’une enfant, pourtant cette gamine arrête sur les lèvres les cancans qui se déversent habituellement dans le salon de la couturière ; ces cancans qui ressemblent tellement à des pièces de cinq sous qu’on lui refilerait, qui seraient inutilisables pour elle puisqu’elle n’en a pas la tirelire et qui, d’ailleurs n’auraient cours nulle part.

Elle tient également à distance, sans jamais élever la voix, les clients du bar ; aucun n’ose un geste déplacé à son endroit.

C’est une enfant bizarre aimant que les gens parlent vraiment, sans se contenter de faire du bruit, de meubler. Elle aime que les mots arrivent de plus loin que de la gorge, qu’ils viennent de la tripe et du  cœur.

A côtoyer, à écouter, toutes les personnes qui fréquentent chez « Louise », elle sait, par exemple, qu’un homme en colère en dit plus et dévoile seulement dans ce moment sa vraie nature. Elle sait que le dédain et la solitude vont souvent de pair. Elle en est persuadée, plus encore aujourd’hui, en regardant et en écoutant le légionnaire.

Il est là, appuyé au comptoir, pas très vieux, pas très sale, son corps entier demandant du liquide, jusqu’au pantalon qu’un coup de fer humide remettrait au pli. Ses mèches courent sur son crâne au moindre mouvement, elles sont comme des graminées desséchées par un été sans pluie. Ses yeux globuleux trahissent son penchant ; l’épaule gauche, plus haute que l’autre, garde la pose du client assidu des bistrots. A cet instant où le premier verre est à peine entamé, il a une attitude d’homme épuisé.

Le chien, à ses pieds, semble éreinté, par les années sans doute, plus certainement par les attentes froides sur le carrelage des bars ; son poil est aussi sec que celui de son maître et presque aussi rare. Il est édenté, du moins en partie, puisque sa langue, même museau fermé, pend misérablement ; il a les yeux presque blancs et bordés de sanie, ce qui lui donne un air souffreteux et doux.

En somme, ces deux là font une paire pas tellement dissemblable, leur entente provient d’un vieux compagnonnage.

Un deuxième verre prend la pente du premier, puis quelques autres suivent.

L’homme s’anime.

En peu d’instants, il a complètement changé : ses yeux sont plus brillants, son dos et sa tête plus droits, sa parole plus facile. Il invective d’autres personnes accoudées tout pareillement, il gesticule ; puis dégoûté du silence qu’on lui oppose, enfermé dans sa drogue autant que la chair d’une noix peut l’être dans sa coquille, incapable de communiquer avec ses semblables, il se retourne vers son ami à quatre pattes. C’est une conversation étonnante, conversation et non monologue, car si l’un parle, l’autre participe, autant avec les yeux, qu’avec des frissons de compréhension qui se déroulent lentement le long de son échine !

– Je vais te dire, César, sur la terre il y a seulement trois hommes valables…

Il lui faut quelques minutes pour rabouter ses idées, le chien tout de suite se met sur son séant, mais d’une façon tellement maladroite que ses pattes arrières sont étendues, droites ; il offre ainsi tout son ventre au courant d’air, ses oreilles remuent un peu, semblant inviter son maître à continuer :

– Attends, César, attends, avant tu vas saluer le légionnaire que je suis, celui du premier régiment de Sidi Bel Abbès !

Le chien est vieux et fatigué, mais sa patte, même dans cette position inconfortable, vient s’appuyer sur la cuisse de l’homme. Il n’en peut plus, ses flancs se soulèvent trop vite, trop fort : museau ouvert, il pompe l’air rapidement.

– … Seulement trois types valables, un… Jésus-Christ !

César est d’accord, ses paupières s’abaissent, ses oreilles frémissent, un petit sursaut à l’encolure marque sa compréhension.

– … Deux, Napoléon ! Ca c’était un homme, les batailles, les femmes, les campagnes, les victoires, les femmes, les femmes…

Le chien pose à nouveau sa patte sur la cuisse toute proche, il l’enlève et la remet, il la déplace comme pour gommer une blessure, une plaie mal cicatrisée. Tout son instinct l’incite à dicter silence : il y a des voiles à ne pas soulever, des mots à ne pas dire.

L’homme se penche, se penche encore, puis il embrasse à pleine bouche le museau, le crâne du chien : il verse sur les poils des larmes brillantes en prodiguant des mots d’amour.

– En trois, il y a moi, capitaine de la Légion :  Albert, Franz, Joseph von Berkhof. Dis, César, est-ce que tu te rappelles les barouds, les marches forcées, les nuits où l’on tombait tout habillé à même le sol… Est-ce que tu te souviens de Carmen, la belle des belles… Une belle garce, oui, qui volait ma solde et attirait les copains ; à cause d’elle, je ne suis plus rien, je n’ai plus rien sauf l’honneur et vive la Légion !!!

– Allons viens, César, on rentre.

 

 

Paul-René Machin

paul-rene-machin-2

Notre fondateur, en quelques mots…

   Paul-René MACHIN est né en 1918. Il est décédé le 25 Janvier 2003. Il fut un homme aux multiples facettes. Ancien militaire (lieutenant-colonel de l’armée française) et ancien professeur de mathématiques, il s’est beaucoup investi dans la vie luronne en présidant plusieurs associations (Anciens Combattants, ACALAVO,  Anciens Elèves…). Poète et historien, il a édité plusieurs ouvrages (contes et nouvelles, poèmes, récits de guerre, témoignages et biographies). Il a par ailleurs effectué des recherches sur la bataille d’Alésia, a écrit deux ouvrages sur le sujet et organisé plusieurs conférences.

   Paul-René MACHIN a plusieurs prix littéraires à son actif : prix de la « Rose d’Or » de Toulouse en 1934 (à l’âge de 16 ans) ; Prix Louis Pergaud entre autres… La Municipalité de Lure a reconnu son talent en baptisant une rue de la Commune « rue Paul-René MACHIN » en Décembre 2007.

   Liste de ses publications :alesia

Prof de maths (1974),

Castra Vetera ou Civilis le Batave (1967),

A la recherche d’Alesia: suivons César,

Le dernier été d’Alesia,

Sur les routes de feu (1972),

detresse-sur-la-ligne-16De l’aube au crépuscule : poèmes (1977),

France et armée (1989),

Mémoire et témoignage, le groupement FFI « L » (Lure) et ses maquis dans l’été de la Libération,

Djebel 56 (1978),

Détresse sur la ligne 16 et autres nouvelles (1969),

Rêves et destins,

Les collégiens,sapeur-camembert

Arc-en-ciel,

Au-delà des jours,

Les chefs nécessaires,

« Georges Colomb », Christophe, enfant de Lure et père du sapeur Camembert.

 

paul-rene-machin

 

 

 

 

Notre association…

notre-assoce-2

Présentation :

   L’ACALAVO est l’Association Culturelle des Amis de la Littérature et des Arts de la Vallée de l’Ognon.

Son siège social : Mairie de Lure, BP 167, 2 rue de la Font , 70 204 Lure cedex.

L’association a été fondée à l’été 1969 par M. Paul-René MACHIN. Il en fut le premier Président de 1969 à 1981.

   Association loi 1901, déclarée à la Sous-Préfecture de Lure le 19/05/1969. Nommée au J.O. du 18/06/1969.

  Adresse postale : chez Melle FAIVRE Marie-Claude, 5 rue des Onchères, 70 290 Plancher-Bas.

Tél. 03.84.23.19.87.    Email : ticlaudefaivre@orange.fr

Blog : acalavo.worpress.com                             Compte « Facebook » : acalavo lure.

Ses buts :

  • Réunir les amateurs, auteurs et producteurs d’œuvres artistiques de la littérature, de la peinture, de la philosophie, etc…
  • Favoriser et aider les jeunes talents dispersés ou en difficulté.
  • Faire connaître la vallée de l’Ognon par tous les moyens de la propagande inspirés par l’art.
  • Susciter des manifestations culturelles de tous ordres dans cette zone.

Membres fondateurs :

Par ordre alphabétique : M. Jean-Jacques BEUCLER, M. Daniel BOUVIER, Melle Anne-Marie DEPIERRES, Melle Anne-Marie FABRY, M. René GAVOILLE, M. René HAAZ, M. Paul-René MACHIN, M. Michel MIROUDOT, M. Robert MONNET, Mme Rolande REDOUTE RENAUDEAU, M. Claude RUFFY, Mme Arlette SARRAZIN.

L’ACALAVO compte aujourd’hui prés de 90 membres (Franche-Comté, Vosges, Alsace, Région parisienne, Alpes, Midi…).

Comité de l’association :

Présidents d’honneur : Yves MACHIN , Claude MACHIN-CAGNARD.

Président : Germain MENIERE, 4 rue du Château d’Eau, 70 200 Lyoffans.

Tél. 06.13.38.06.77.    Email : gmeniere70@gmail.com

Vice-Présidente : Marie-Françoise LARERE.

Secrétaire : Andrée MOREL.

Trésorière : Marie-Claude FAIVRE.

Ses activités :

logo-acalavo

  • Le « Panier à Plumes » est un bulletin de liaison privé réservé aux membres de l’ACALAVO. Les auteurs resteront propriétaires de leurs textes et toute reproduction de leurs écrits demeure subordonnée à leur autorisation expresse. Sa parution est trimestrielle (Printemps – Eté – Automne – Hiver). Ce bulletin est édité par « Concept Impression » (8 rue des Jardins, 70 200 Lure). Il regroupe poèmes, nouvelles et illustrations des adhérents.
  • Organisation d’après-midi « rencontre autour de la poésie » & d’une sortie culturelle d’une journée (sur la région).
  • Organisation d’un concours de poésies, nouvelles & illustrations : A l’occasion du concours Paul-René MACHIN (de Janvier à fin Février) différentes œuvres présentées sont soumises à l’appréciation de trois jurys différents qui décernent une note. La remise des prix  a lieu le dernier Samedi de Juin. Les trois premiers de chaque catégorie sont récompensés.
  • Une Assemblée Générale de l’association se tient chaque année, le dernier Samedi de Septembre. Nous faisons le bilan de l’année écoulée (bilan financier, manifestations, observations diverses) et ébauchons des projets pour l’année suivante…

 

Adhésions – contacts

contacts-2

ACALAVO – ADHÉSIONS 2018 –

Toute adhésion à l’ACALAVO donne droit à l’envoi à domicile

du « Panier à Plumes » ( notre bulletin trimestriel ) !

Coupon d’adhésion à compléter, imprimer et adresser à :

Marie-Claude FAIVRE, 5 rue des Onchères, 70 290 Plancher – Bas.

Chèque libellé au nom de : « ACALAVO ».

Nom :…….…………………………………………………………………

Prénom :……………………………………………………………………

Adresse :……………………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………

Tél :  ……… / ……… / ……… / ………… / ………..   

Email :  …………………………………………………………………………………………..

Cotisation annuelle 2018 :  15 €.

Faîtes votre choix parmi ces 3 formules :

  1. Envoi du bulletin par Email (gratuit).
  2. Envoi du bulletin par courrier postal (ajouter 6 € au montant de la cotisation).
  3. Envoi du bulletin par courrier postal & par Email (ajouter 6 € au montant de la cotisation).

Choix n°…..

 


Pour tous renseignements,

n’hésitez pas à nous contacter !

Par courrier (à la trésorière) : ACALAVO, Chez Melle FAIVRE Marie-Claude, 5 rue des Onchères, 70 290 Plancher-Bas.

Par téléphone : 03.84.23.19.87.

Par Email : ticlaudefaivre@orange.fr.

Président : M. Germain MENIERE, 4 rue du Château d’Eau, 70 200 Lyoffans.

(Tél. 06.13.38.06.77.    Email : gmeniere70@gmail.com).

Vice-Présidente : Mme Marie-Françoise LARERE.

Secrétaire : Mme Andrée MOREL.


FAIRE UN DON à l’ACALAVO… un petit geste pour la continuité de l’association.

L’ACALAVO reconnaît avoir reçu la somme de …………….. € de la part de :

Nom :…….…………………………………………………………………

Prénom :……………………………………………………………………

Date : ……../………/………….        Signature :

 

Coupon à imprimer et à retourner à : Marie-Claude FAIVRE, 5 rue des Onchères, 70 290 Plancher-Bas, accompagné de votre chèque libellé au nom de « ACALAVO ».      MERCI !